La Loi va imposer des obligations d’isolation acoustique pour les bâtiments les plus sensibles aux nuisances sonores lors de leur rénovation. Selon le niveau de bruit, l’isolation devra être plus ou moins renforcée. Explications.

Les obligations acoustiques actuelles

Concernant les nuisances sonores, un décret du 14 juin 2016 convient déjà que les lieux sensibles aux bruits inconvenants doivent respecter des critères acoustiques lors de leur rénovation. C’est le cas notamment des logements, des pièces de vie des établissements scolaires, des établissements de soin et des locaux d’hébergements situés près d’aéroports, de grands axes routiers ou de voies ferrées. Cependant, le gouvernement était encore resté assez flou quant aux critères acoustiques demandés pour ces bâtiments. C’est là qu’intervient l’arrêté du 13 avril 2017 qui met fin à ces définitions imprécises.

L’arrêté du 13 avril 2017

Ces bâtiments qui bénéficieront de l’obligation d’isolation acoustique lors de travaux de rénovation sont repérés à l’aide du PGS (périmètre du plan de gêne sonore) des aéroports, ou lorsqu’ils sont situés en zone de dépassement des valeurs limites des cartes de bruit routier et ferroviaire. Ce décret, publié le 13 avril 2017, entrera en vigueur au 1er juillet 2017.

L’isolation acoustique devra s’adapter au niveau d’intensité des nuisances sonores : plus le bâtiment est exposé au bruit, plus les obligations d’isolation acoustique sont strictes et importantes. Par exemple, un logement ayant été sujet à d’importants travaux de rénovation et situé en zone 1 de PGS devra présenter un indice d’isolation acoustique (concernant spécialement les nuisances aériennes extérieures) de 38 décibels. Pour les bâtiments exposés dans une zone 2 de PGS, l’indice sera de 35 décibels, et enfin, pour une zone 3, l’indice sera plus souple et devra atteindre les 32 décibels.

Dans les faits, une étude acoustique n’est pas nécessaire lors des travaux de rénovation du bâtiment. Pour être dans le cadre de cette nouvelle loi, il suffira alors d’utiliser des matériaux isolants dotés d’une valeur isolante acoustique supérieure aux valeurs prescrites par l’arrêté du 13 avril.

Comment isoler son logement acoustiquement ?

Que vous entriez ou non dans les caractéristiques exposées dans le décret, il est important d’avoir une bonne isolation phonique. Si votre logement est sujet aux nuisances sonores, commencez par faire réaliser un bilan de ces nuisances. Identifiez les bruits et leurs origines, ainsi que leurs fréquences.

Une solution simple consiste à poser des contre-cloisons anti-nuisances sonores pour les renforts phoniques des murs du logement. Ces cloisons se posent très simplement, directement sur les cloisons existantes qui forment les murs de l’habitation. Si elles dépassent légèrement sur la surface intérieure du logement, elles améliorent de manière significative le confort phonique des pièces à vivre. Pour en savoir plus, consultez notre page entièrement dédiée à l’isolation acoustique.

Commentaires Via Facebook